Archives nationales

Programmes de numérisation

Les campagnes de numérisation de documents écrits, figurés ou de phototypes ont débuté dans les années 2000, remplaçant progressivement la reproduction sur microfilms. Chaque année, les Archives nationales mènent près d'une centaine de projets de numérisation et produisent en moyenne 500 000 fichiers numériques. Aujourd'hui 11 000 000 de fichiers numériques ont été produits, 9 000 000 sont accessibles en ligne dans la salle des inventaires virtuelle, les autres sont consultables dans les bases annexes ou en salle de lecture.
Depuis 2017, les Archives nationales ont également lancé un programme de numérisation des archives sonores et audiovisuelles. En trois ans, 970 heures d'archives sonores et 423 films ou vidéos ont été restaurés puis numérisés et peuvent être consultés en salle de lecture, ou réutilisés sous réserve que les droits de propriété intellectuelle le permettent.

  • Que numérise-t-on ?

Toutes les typologies de support des documents sont éligibles à la numérisation : registres, liasses, plans, photographies, son, images animées, objets. La validation des projets repose sur le respect de deux critères : l'adéquation avec le projet scientifique, culturel et éducatif (PSCE) de l'établissement et la possibilité de diffuser ces numérisations en ligne. Les documents fragiles retirés de la communication, les documents faisant l'objet de programmes de recherches ou d'opérations de mécénat sont inscrits prioritairement. De même, la numérisation des archives sonores et audiovisuelles, souvent précédée d'une restauration, découle de l'état sanitaire des fonds pour pérenniser les supports dégradés ou en péril. Les opérations effectuées au sein de l'atelier audiovisuel des Archives nationales sont déterminées en fonction du PSCE et des besoins liés aux demandes d'accès et de diffusion.

  • Les interlocuteurs

Le programme annuel est réalisé par les différentes équipes des Archives nationales : responsables des fonds au sein des départements de la direction des fonds, en lien avec les services du département de la conservation (atelier de restauration, atelier de conservation préventive, pôle image et atelier photographique) ou le département de l'archivage électronique et des archives audiovisuelles (atelier audiovisuel). Le pôle image pilote les opérations de numérisation des documents écrits, figurés et des phototypes, qu'elles se déroulent en interne ou en externe. Plusieurs prestataires se répartissent les lots en fonction du support des documents originaux. Il en va de même pour les fonds sonores et audiovisuels : les campagnes sont confiées à des prestataires externes, les opérations plus ponctuelles sont réalisées au sein de l'atelier audiovisuel.

  • Déroulé des opérations (numérisation des documents écrits, figurés et des phototypes)

La campagne de numérisation commence par la préparation matérielle des documents : pagination, retrait d'agrafes, restauration éventuelle (comblements de lacune, gommage…), reconditionnement standard ou sur mesure. De la préparation scientifique résulte un fichier de récolement, pièce maitresse des opérations pour le nommage et l'organisation des fichiers.
Vient ensuite l'opération de numérisation patrimoniale. En fonction de leur format et de leur nature, les documents sont numérisés sur des scanners ou avec des appareils photographiques (dos numériques). Une série d'opérations de post-traitement comme le recadrage, le nommage, l'organisation dans des dossiers est nécessaire pour finaliser le projet.
Une fois contrôlés et validés, les fichiers sont chargés en bibliothèque numérique, les images peuvent alors être reliées aux instruments de recherche pour une mise en ligne dans la salle des inventaires virtuelle.
Ces opérations peuvent s'étendre sur plusieurs mois, voire plusieurs années, notamment lorsqu'il s'agit de corpus très volumineux avec des besoins de restauration.

  • Déroulé des opérations (restauration et numérisation des archives sonores et audiovisuelles)

Les opérations, portant sur des archives fragilisées parfois très dégradées, commencent par une restauration qui peut être très importante pour les supports de type bandes magnétiques et bobines de films. Un reconditionnement des supports peut précéder ces opérations ou être réalisé au terme de la numérisation.
Une fois la restauration réalisée, la numérisation aboutit à la production de trois fichiers : un fichier numérique brut, un fichier de format « archives » et un fichier pour servir de version de diffusion.
Les fichiers en format brut sont stockés sur bandes LTO, les fichiers « archives » sont pérennisés dans la chaîne de pérennisation dans le temps des Archives nationales. Les fichiers de diffusion sont mis à la disposition du public en respectant leur statut juridique.


Les formats de numérisation (archives sonores et audiovisuelles)
 
Nature du support original Format brut Format pour l'archivage Format de diffusion
Films DPX MKV/FFV1 Mpeg4 AVC part10 (H264)
Vidéos uncompressed video 8 ou 10 bits MKV/FFV1 Mpeg4 AVC part10 (H264)
Son numérisation sans compression MKV/FFV1 copie "droite" Mpeg3

 

Les formats de numérisation (archives écrites, figurées et phototypes)
 
Nature du support original Résolution Format pour l'archivage Format de diffusion
Documents écrits et figurés 300 dpi TIFF 6.0 IBM PC sans compression
espace colorimétrique : Adobe RVB (1998) profondeur couleur : 24 bits
JPEG True color V1.01
compression de base de qualité moyenne (8) espace colorimétrique : sRVB IEC61966-2.1
Photos de 300 dpi à 2400 dpi TIFF 6.0 IBM PC sans compression
espace colorimétrique : Adobe RVB (1998) profondeur couleur : 24 bits
JPEG True color V1.01
compression de base de qualité moyenne (8)
espace colorimétrique : sRVB IEC61966-2.1

  • Bilan des opérations de numérisation 2018

Les opérations de numérisation effectuées en 2018 sont présentées dans un tableau de synthèse proposant les liens pour accéder à la consultation des fonds ainsi mis en ligne dans la salle des inventaires virtuelle.
Voir le tableau {Pdf/265Ko}