Archives nationales

Dreyfus à la Une

Conflit social et politique majeur de la Troisième République, l'Affaire Dreyfus doit son ampleur inédite à deux phénomènes de la fin du XIXe siècle : le développement des tensions nationalistes et l'essor de la presse d'opinion. Entre l'arrestation du capitaine Dreyfus en 1894 et sa réhabilitation en 1906, plus de 100 000 articles ont en effet paru dans les journaux français, scindant la population entre « dreyfusards » favorables au capitaine et « antidreyfusards », défenseurs de l'état-major.
A partir d'arrêts de justice, de correspondances et d'articles -dont l'emblématique J'accuse!-, l'atelier Dreyfus à la une propose de revenir sur les enjeux de l'Affaire et d'initier les classes à la composition de la une d'un quotidien.

Publics
CM2, Quatrième, Première, Terminale.
Disciplines concernées Histoire, Lettres

Objectifs
L'atelier vise à analyser la chronologie et les causes qui ont donné son retentissement à l'Affaire Dreyfus, à l'appui de documents originaux et patrimoniaux.
L'étude de cette affaire médiatique permet d'approfondir les connaissances des élèves sur cette période de la fin du XIXe siècle, entre enracinement de la Troisième République et gestion de ses premières crises. En français, il s'agit d'initier les élèves à la rédaction d'une une de presse quotidienne, en réfléchissant aux spécificités du récit et de l'énonciation journalistiques.

Déroulement de l'atelier
La première partie de l'atelier est consacrée à la mise en contexte et à la présentation des nombreuses scansions de l'Affaire Dreyfus : en classe entière, les élèves commencent par analyser à l'oral une illustration du Petit journal, qui expose les circonstances politiques du scandale. Répartis ensuite en binômes, les élèves sont chargés d'analyser un document original (correspondance, article, arrêt) relatif à l'un des épisodes judiciaires.
Une fois ce travail restitué en séance plénière, l'atelier se resserre sur l'activité d'écriture.
Au cours de cette dernière étape, chaque binôme crée la une du journal L' Aurore correspondant au document qu'il lui a été confié.

Préalables à l'atelier
Une connaissance sommaire de l'Affaire Dreyfus est un prérequis indispensable à l'atelier.
Déclinaison possible
Sur demande, l'atelier peut être proposé dans une version multimédia : l'activité de composition de la une est alors réalisée en salle informatique, et permet de valider des compétences du B2i.
Durée : 2 heures


Lieu : Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine