Archives nationales

La science et le patrimoine

REX

REX II (Recherches sur l'extraction et l'exploitation des tracés sous-jacents dans les manuscrits anciens : application aux lettres de Marie-Antoinette II)
L'objectif de REXII est de révéler le texte original, masqué par des ratures, de la correspondance de Marie-Antoinette et d'aider à mieux situer, en termes de mains ou de chronologie, chacune des lettres dans le corpus présent aux Archives nationales. Ce travail s'inscrit dans la continuité du projet REX, financé par le LabEx PATRIMA dont l'objet était l'étude de la correspondance entre Marie-Antoinette et le comte de Fersen en s'intéressant spécifiquement aux passages caviardés, c'est-à-dire ayant été censurées par un raturage recouvrant le texte original et le rendant illisible. Ce premier projet avait pour objectif d'établir une grille critique des techniques non destructives, non invasives et sans contact permettant de séparer deux encres similaires, l'encre originale et l'encre de caviardage, afin de révéler la teneur du texte sous-jacent. Lors de ce projet, la spectroscopie de fluorescence des rayons X fut la technique à l'origine des meilleurs résultats et a permis la lecture du passage caviardé d'une lettre. Ce deuxième projet propose de poursuivre cette étude préliminaire au vu des résultats prometteurs obtenus, en levant les verrous techniques qui ont été identifiés mais aussi en accentuant la dimension historique de cette étude. Il s'agira à la fois d'explorer l'intégralité du corpus de lettres afin d'apporter des réponses sur le contenu de chaque passage caviardé (notamment grâce à l'utilisation d'un scanner XRF) mais aussi de chercher à apporter des éléments de réponse à la question de l'identification du ou des auteurs de cette censure.
En savoir plus

VERSPERA

Le projet de recherche VERSPERA est un ambitieux projet de numérisation et de modélisation des plans du château de Versailles sous l'Ancien Régime.
Le projet VERSPERA consiste en une vaste opération de numérisation de près de 9 000 documents graphiques relatifs à Versailles de la fin des années 1660 au début du XIX e siècle (châteaux, jardins, parc, domaine et ville). Ces plans proviennent essentiellement des Archives nationales, mais également de la Bibliothèque nationale de France et de l'Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.
Ce corpus documentaire, composé de plans généraux, coupes, élévations, détails d'architecture ou de décoration, est exceptionnel par son histoire et son volume. Il est principalement issu du travail des premiers architectes du roi. De Louis Le Vau à Richard Mique, en passant par Jules Hardouin-Mansart, Robert de Cotte ou Ange-Jacques Gabriel, tous évoquent l'excellence de l'architecture française aux XVII e et XVIII e siècles. Ce rassemblement constitue l'un des plus grands fonds publics d'architecture. C'est également le plus vaste ensemble documentaire sur l'architecture palatiale classique française des XVII e et XVIII e siècles.
La reproduction en images numériques de haute qualité de ce corpus unique a nécessité une importante campagne de restauration de 750 documents fragiles et précieux et la mise en place de procédures innovantes pour faire face à des défis techniques, notamment dus aux dimensions de certains documents de très grand format (jusqu'à 3 m x 4 m) ou à la présence de nombreuses et complexes retombes de papier.
En savoir plus

BIBLISSIMA

BIBLISSIMA Observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance, construit grâce au programme des Investissements d'avenir.
Catalogues de bibliothèques ecclésiastiques saisies pendant la période révolutionnaire (1770-1797)
Le projet BIBLISSIMA s'inscrit dans la dynamique actuelle de recherche et d'élaboration d'outils permettant de reconstituer virtuellement des bibliothèques d'Ancien Régime ayant appartenu à des institutions religieuses. Les catalogues de ces collections, comme les livres eux-mêmes, ont été largement dispersés. Les Archives nationales sont dépositaires d'une partie de ces catalogues et d'un nombre considérable d'inventaires d'anciennes bibliothèques transmis par les départements à l'administration centrale.
Généralement manuscrits, catalogues et inventaires ont été répartis entre diverses séries d'archives : F 17 (Instruction publique), F19 (administration des Cultes), G 9 (Commission des Réguliers), L (Monuments ecclésiastiques), M (Universités et collèges), S (Biens des établissements religieux supprimés) et TT (papiers confisqués aux protestants). Bien que la plupart d'entre eux soient mentionnés dans les instruments de recherche élaborés par les Archives nationales, leur hétérogénéité, leur dispersion et leur état matériel compliquent et limitent l'exploitation directe par les chercheurs. Le projet vise donc à identifier, localiser et rendre accessible le contenu des catalogues, tout en assurant, grâce à la numérisation, la conservation optimale des originaux. La mise en œuvre du projet se compose de deux opérations complémentaires : la première consiste dans la numérisation et la mise en ligne de catalogues de bibliothèque, la seconde dans l'inventaire et l'indexation des documents.
En savoir plus

ALEGORIA

 Structuration et valorisation du patrimoine géographique iconographique dématérialiséStructurAtion et vaLorisation du patrimoinE géoGraphique icOnogRaphIque démAtérialisé

Le projet ALEGORIA vise à faciliter la valorisation de fonds institutionnels iconographiques décrivant le territoire français à différentes époques allant de l'entre-deux-guerres à nos jours. Les fonds en vue sont de tailles variables, entre milliers et centaines de milliers d'éléments, et sont constitués de représentations iconographiques, la plupart du temps des photographies aériennes obliques ou verticales, ou encore terrestres. La valorisation de ces fonds, disséminés au sein de différentes institutions, numérisés partiellement, en général pas ou peu documentés et faiblement géoréférencés, reste confidentielle et dispersée. Ils représentent pourtant un patrimoine riche, peu connu du grand public et exploité de manière contrainte par ses principaux utilisateurs (chercheurs, institutions et collectivités locales). La mise en valeur d'un tel patrimoine bénéficierait d'outils permettant d'automatiser leur collecte, leur traitement et leur indexation, à l'intérieur du fonds mais aussi entre fonds, pour être en mesure de les croiser et ainsi de mieux les étudier. Leur mise en oeuvre au sein d'applications implique en outre de faciliter leur appréhension par des utilisateurs non spécialistes, ce qui suppose de fournir des outils conviviaux pour l'exploration visuelle de ces fonds. Les travaux réalisés dans le projet ALEGORIA ont pour objectifs la mise en place de deux plateformes de démonstration innovantes en ligne dédiées à la valorisation de ce patrimoine géographique iconographique dématérialisé et numérique : un moteur d'indexation et de recherche multimodal et à grande échelle, couplant recherche par contenu et par métadonnées dans les fonds intra-domaine comme inter-domaines et un moteur de restitution permettant la navigation spatio-temporelle, immersive et interactive dans l'environnement 3D enrichi des fonds photographiques anciens.
En savoir plus


En savoir plus