Archives nationales

 Le paysage expliqué aux touristes

Cote : 20000034/096 Analyse/description : Table d'orientation du Margain (dessin aquarellé) Précision de la vue : Recto
Cliquez pour agrandir l'image

Table d'orientation au sommet du Bec Margain (Isère)
Encre de Chine aquarellée, 1923
.
Arch. nat., 20000034, pièce 096

S'inspirant du Cyclists Touring Club britannique, un groupe d'amis fonde, le 26 janvier 1890,  le Touring Club de France. Cette association, reconnue d'utilité publique le 30 novembre 1907, a pour but « le développement du tourisme sous toutes ses formes ». L'une d'elles est le tourisme en montagne. Pour ce faire, un comité, constitué en 1908 sous le nom de comité de tourisme hivernal, devient, l'année suivante, le comité de tourisme en montagne. Il se subdivise à son tour en trois commissions : tourisme hivernal, refuges et sentiers,  cartographie et tables d'orientation.
Au début du xxe siècle, le Touring Club de France décide d'installer des tables d'orientation. Elles sont alors peu nombreuses en France, contrairement à l'Allemagne et la Suisse. Mais, au lieu de les copier simplement, il crée un modèle spécifique : là où les deux autres pays privilégient l'information, sans fioriture, le Touring Club de France choisit une représentation esthétique, voire artistique, et fait appel à des artistes-peintres, tels Georges Baffert.
De même, quand la tradition germanique favorise le métal (zinc, cuivre ou fonte), le Touring Club de France fait encore un choix différent en utilisant la lave émaillée d'Auvergne, mise au point par l'usine Seurat à Riom (Puy de Dôme). La pierre de lave présente de réelles qualités : elle est quasiment indestructible, on peut la peindre facilement et l'émail avive la luminosité des coloris… sans oublier qu'elle est moins chère !
Les premières tables d'orientation, installées en 1903, concernent le château de Nice et la pointe de l'Esquillon (Alpes maritimes). Entre 1903 et les années 1970, ce sont ainsi près de 168 tables d'orientation qui sont ainsi mises en place.
Est présenté ici le sommet du Bec Margain, en Isère, d'une altitude de 1061 mètres et de 50 mètres de dénivelé.
Ayant finalement rempli son but initial de développer « la commodité et l'agrément des voyages » et aux prises avec des difficultés financières, le Touring Club est placé en liquidation judiciaire et cesse ses activités en 1983. L'année suivante, ses archives sont données aux Archives nationales. Le fonds, conservé sous la cote 77 AS, couvre la période allant de 1890 à 1983, soit toute l'existence de l'association.

Magali Lacousse
Archives nationales. Département des Archives privées

Texte d'origine de la notice publiée dans Historia, n° 812, août 2014, p. 63.