Archives nationales

Le commissaire Mouricault réutilise les placards après décès

Placard après décès converti en sous-main par le commissaire Mouricault, [18e siècle].
Paris, Archives nationales, Y//14859/B


Placard après décès converti en sous-main par le commissaire Mouricault, [18e siècle]. Paris, Archives nationales, Y//14859/B
< Cliquer pour agrandir l'image

> Voir le document complet sur Wikimedia Commons

Le sous-main du commissaire Mouricault est rempli de brouillons, additions, dessins, petites notes dont une qui était peut-être adressée à son clerc : « Je rentrerai à midi pour me faire coiffer car je dois dîner avec mes confrères ». Ce sous-main a ensuite été encore reconverti par le commissaire ou son clerc en « chemise » pour une de leurs minutes : c'est sous cette forme qu'il a été découvert dans les années 1990 par l'historien Rodolphe Trouilleux ainsi que de nombreux documents témoignant de l'activité du commissaire Mouricault comme syndic de sa compagnie.