Archives nationales

Les Archives font leur cinéma

Des images d'hier à voir aujourd'hui

Séances mensuelles gratuites de projections d'archives filmées. Chaque séance présente un programme unique les : 21 mars, 17 avril, 13 mai et 21 juin, de 13h à 13h30, à Pierrefitte dans l'auditorium, et à Paris, dans le Le temps de l'urbanisme de Philippe Brunetchambre du prince du musée, les séances sont ouvertes à tous.

Les Archives nationales conservent de nombreuses archives filmées totalement méconnues. Films techniques, documentaires, courts métrages, films de communication, de publicité, de prévention, les typologies sont variées. Petits ensembles de films ou au contraire très volumineuses cinémathèques ministérielles, quand l'administration publique devient réalisatrice, son imagination n'a pas de borne. Tous les mois, le midi, à Paris ou Pierrefitte, le public est invité à découvrir pendant 30 min. une sélection d'entre eux.

De très nombreux ministères-producteurs ont fait réaliser des films. Les cinémathèques du ministère de l'Agriculture et de l'ancien ministère de la Reconstruction et de l'urbanisme, enrichies par le ministère de l'Équipement, affichent des milliers de titres qui permettent de découvrir à travers des fictions ou des documentaires, leurs actions et leur vision de leur ancrage dans les territoires de la France, et pour les plus anciens films, des anciennes colonies puisque certains remontent aux années 1920. Les films de prévention, dans le domaine de la santé ou des économies d'énergie sont également une source très importante de prétexte à tournage. Le ministère de l'Éducation nationale affectionne lui plus particulièrement les films de communication à visée pédagogique, bien sûr. Les musées ne sont pas en reste en témoigne la très grande activité du cinéma ethnologique de l'ancien musée national des Arts et Traditions populaires. Parfois, même, les directeurs de musées, deviennent eux-mêmes réalisateurs, surtout quand l'un d'entre eux est l'artiste contemporain Reynold Arnould à la tête des Galeries nationales du Grand Palais. Le cinéma éducateur ou cinéma de l'éducation populaire est également un creuset fertile, dans lequel les réalisateurs se montrent très inventifs.
Les organismes privés, dont les fonds audiovisuels sont conservés aux Archives nationales, ont eu une importante activité de production, comme Act Up avec ses images chocs accompagnées de slogans percutants ou l'association France Liberté.

Chaque séance présente un programme unique : 21 mars, 17 avril, 13 mai et 21 juin de 13h à 13h30
Contact : daeaa .archives-nationales@culture.gouv.fr


Prohaine séance jeudi 21 juin à Pierrefitte dans l'auditorium, et à Paris, dans le chambre du prince du musée, les séances sont ouvertes à tous.

Spécial Fête de la musique

- Musiciens du métro
(1997) de Dominique Czarny, Colette Sluys, MNATP
6 min, vidéo
Des musiciens dans le métro lors de la fête de la musique 1997

- Les Vermandel, hommes orchestres (1997) de Marie Cipriani, Claire Calogirou, Marc Touché, MNATP-CEF
10 min, vidéo
Témoignage d'un homme-orchestre et de sa femme sur leur métier, la fabrication et l'utilisation de leurs instruments. Depuis quatre générations les Vermandel perpétuent cette tradition de musiciens des rues.

- La musique d'Exilar. réalisateur anonyme, 1984, 11 min, extrait d'un film de 43 min, U-Matic
Théâtre national de Chaillot (AN, 20160438/35)
Entre deux performances d'acteur dans des pièces classiques mises en scène par Antoine Vitez au Théâtre national de Chaillot, Jean-Yves Chatelais s'autorise une immersion dans le quotidien. Loin du monde des pratiques musicales professionnelles, il joue dans sa propre création le rôle d'un musicien que l'on pourrait qualifier de magicien. Dans cette pièce interprétée dans le Grand Foyer du théâtre du 1er septembre 1983 au mercredi 30 mai 1984, l'artiste nous interpelle sur la musicalité de notre environnement urbain. Aux sonorités des rues il combine des rythmes et mélodies créées avec les objets les plus disparates, désacralisant ainsi toute forme classique de musique.


Séances passées

  • Première séance jeudi 21 mars, à Pierrefitte dans l'auditorium, et à Paris, dans le chambre du  Allegro, ma troppo, Paul de Roubaix (AN, 20170005/46)".prince du musée, les séances sont ouvertes à tous.

4 courts métrages :
- Concertina, réalisateurs Marie Cipriani et Franck Balandier, 1996, 7 min, Musée national des Arts et Traditions populaires, CNRS, AN, 20130063/157
Ce film, tourné avec le regard de l'ethnologue, sont des impressions, uniquement sonores perçues dans une maison d'arrêt.
- [Couronnement  d'Hailé Sélassié Ier, roi des rois d'Éthiopie, seigneur des seigneurs, lion conquérant de la tribu de Juda, lumière du Monde, élu de Dieu], anonyme, 1930, muet [mise en musique, 2019, AN/DAEAA), 10 min, Cinémathèque de l'Agriculture, AN, 20000560/67-68
Réalisé par le ministère de l'Agriculture sur ce couronnement qui fut retentissant à l'époque, le film a été versé aux Archives nationales sous le titre de Variétés n°13. La numérisation de ce film très dégradé par le temps et son visionnage ont permis de découvrir cet inédit.
- La Table, 1994, 1min30, Act Up, AN, 20140474/392
Ce spot fait partie des très nombreuses campagnes de prévention, films chocs, que l'association réalise pour sensibiliser le public.
- Allegro, ma troppo, réalisateur Paul de Roubaix, 1962, 13 min, ministère de la Jeunesse et Sport, AN, 20170005/46

Dans le cadre du cinéma d'éducation populaire, le réalisateur propose une plongée endiablée dans le Paris des années 1960, le temps d'une nuit. La musique est signée de François de Roubaix, son fils, compositeur célèbre. Au générique, un certain Roberto Enrico, alors monteur.
 

  • Deuxième séance mercredi 17 avril, à Pierrefitte dans l'auditorium, et à Paris, dans le Le temps de l'urbanisme de Philippe Brunetchambre du prince du musée, les séances sont ouvertes à tous.


A l'occasion de la Journée mondiale de la Terre. Regards ethnographiques-regards institutionnels

- La dernière vache, réalisateurs Patrick Prado et Lorient Kervenanec, Enquête ethnographique, Agriculture, élevage et urbanisme, 1973, 5 min, Super 8 mm, Musée nationale des Arts et traditions populaire, Centre ethnographique français, AN, 20130042/98
Dans les années 1970, le réalisateur Patrick Prado interroge la fin du monde paysan, en Bretagne. Son regard est celui de l'ethnologue et du militant qui se bat pour les luttes paysannes et ouvrières.

- Le temps de l'urbanisme, réalisateur Philippe Brunet, 1962, 27 min, 16mm, Cinémathèque du ministère de la Reconstruction et de l'urbanisme, AN, 20170146/98
Ce document fait le bilan de la construction de l'après guerre et montre la plupart des grandes réalisations de 1945 à 1960. A travers les exemples de la région parisienne et de quelques grandes villes françaises sont posés les problèmes de la diversité architecturale, de l'esthétique et de l'harmonie entre le passé et l'avenir. Les images montrent les grands ensembles de la cité Beaulieu à Saint-Etienne, la cité le Haut du Lièvre à Nancy, des cités à Sarcelles, Asnières, Bron-Parilly, Epinay, Pantin, Bobigny, la cité radieuse de Le Corbusier à Marseille, le front de mer à Royan.

  • Troisième séance lundi 13 mai - La vie des Musées avant la nuit
    Le Musée national d'Art populaire, réalisateur anonyme, épreuve de tournage, 1953

- Le Musée national d'Art populaire, réalisateur anonyme, épreuve de tournage, 1953, 6 min, 16 mm, Musée national des Arts et Traditions populaire, AN, 20130063/47
Les archives du Musée national des Arts et Traditions populaires reflètent la variété des activités de l'ancien musée, tant au niveau de la recherche, haut lieu de l'ethnologie française, que de la valorisation des fonds par le biais d'exposition. Cette épreuve de tournage, qui n'a pas été montée dans un film, témoigne du premier musée quand il était encore dans le palais du Trocadéro. On y découvre qu'en 1953, aucune vitrine ne sépare le visiteur des objets et qu'il est donc libre de les toucher et manipuler !

- Le musée des ATP, un instrument de travail, réalisateur anonyme, 1972, 6 min, 16 mm, Musée national des Arts et Traditions populaire, AN, 20130063/47
20 ans plus tard, en 1972, le Musée s'installe dans le Bois de Boulogne dans le tout nouveau bâtiment conçu par l'architecte Jean Dubuisson, élève de Le Corbusier, secondé par Michel Jausserand. Le film présente la muséographie originale imaginée par son fondateur Georges Henri Rivière, avec le concours de Claude Lévi-Strauss, pour évoquer la culture matérielle et immatérielle de la France rurale afin de « rendre au peuple un peu de ce qu'il lui a donné ».

- Parlez-moi des musées d'Alger, réalisateur, Michel Colardelle, Alger [Algérie], 2003, 13 min, 16 mm, Musée national des Arts et Traditions populaire, Centre d'ethnographie française, AN, 20130063/44
L'exposition Parlez-moi d'Alger (9 novembre 2003 au 15 mars 2004) donne lieu à la réalisation de nombreux films tournés à Alger (AN, 20130066/8). Ces documents cinématographiques ont ensuite été montés et insérés dans le parcours même de l'exposition. Celle-ci constitue une manifestation hors les murs parisiens, et à lieu au Fort de Saint-Jean à Marseille. Les archives du  Musée national des Arts et Traditions populaire conserve d'importantes archives sur cette exposition (AN, 20120397/189-20120397/194), ainsi que le tournage du jour de l'inauguration (AN, 20130042/136). Le documentaire a été réalisé par le directeur du Musée national des Arts et Traditions populaire, l'ethnologue Michel Colardelle.

- Inauguration de l'exposition 72-72 Pompidou, réalisateur Reynold Arnould, 1972, 2 min, 16mm, Galeries nationales du Grand Palais, AN, 20150350/19
Le 16 mai 1972 a lieu l'inauguration de l'exposition Douze an d'art contemporain en France plus connue sous le nom de 72-72 Pompidou. Dans un contexte tendu, le directeur des Galeries nationales du Grand Palais, l'artiste Reynold Arnould et son inséparable caméra filme la tension entre les pelotons de gendarmeries, les visiteurs présents et un groupe d'artiste qui installe un sit-in dans le hall d'accueil.