Logo des Archives nationales (France)

D'Artagnan se marie !

Contrat de mariage entre Charles de Castelmore d'Artagnan et Charlotte Anne de Chanlecy, 5 mars 1659
Arch. nat., MC/ET/LXX/160 [RS 609]


Le nom de Charles de Castelmore d'Artagnan (Lupiac, Gers, v. 1613-Maastricht, Pays-Bas, 1673) est connu du grand public grâce au roman d'Alexandre Dumas, Les Trois mousquetaires, paru en 1844, lui-même inspiré des Mémoires de M. d'Artagnan, œuvre parue en 1700 et écrite par Gatien de Courtilz de Sandras. On sait également le rôle politique de d'Artagnan, chargé par Louis XIV lui-même d'arrêter le personnage considérable qu'était Fouquet, surintendant des finances, le 5 septembre 1661. Grâce aux archives, et en particulier aux minutes notariales, il est possible de faire la part entre la légende qui auréole le célèbre mousquetaire et la vérité historique. Le contrat de son mariage avec Anne Charlotte de Chanlecy, passé par-devant Nicolas Boindin, le 5 mars 1659, constitue à cet égard un important témoignage.

Contrat de mariage entre Charles de Castelmore d'Artagnan et Charlotte Anne de Chanlecy, 5 mars 1659 Arch. nat., MC/ET/LXX/160 [RS 609]
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Voir le document complet sur Wikimedia Commons
 

Issu d'une famille gasconne, Charles de Castelmore est, en 1659, sous-lieutenant des mousquetaires du roi et capitaine au régiment des gardes françaises. C'est dans ces unités militaires d'élite qu'il a fait sa carrière, depuis les années 1630, accompagnant le roi dans les opérations militaires, sièges et batailles, et assurant sa protection. Cependant, entre 1646 et 1652, il est au service personnel du cardinal Mazarin et reçoit des missions de confiance pour transmettre des ordres. La France est alors en pleine guerre civile - c'est la Fronde - et en même temps en conflit avec les Espagnols. Accompagnant le roi à Lyon, il rencontre à Chalon-sur-Saône Charlotte Anne de Chanlecy, fille d'un gentilhomme bourguignon. Restée sans enfants après la mort de Jean Léonor de Damas, baron de Clayette, son premier mari, elle a hérité de son père la baronnie de Sainte-Croix près de Louhans (Saône-et-Loire). C'est dans l'église paroissiale Saint-André-des-Arts à Paris que le mariage est célébré, le 5 avril 1659, mais auparavant un contrat notarié a été conclu, par lequel la future épouse apporte 30 000 livres à la communauté, dans un cadre juridique régi par la coutume de Paris.
L'acte est passé au Louvre, en présence du roi et de Mazarin qui honorent le contrat de leur signature. À la suite, les futurs époux signent ainsi que leurs proches : le maréchal de Gramont, protecteur de d'Artagnan, et son épouse, Françoise de Chivré, leurs deux enfants, Catherine Charlotte et Antoine Charles, comte de Louvigny. La future est entourée de Charles de Hénin Liétard, son demi-frère, et Jean François de Chanlecy-Pleuvault, son cousin. Aucun membre de la famille du marié n'est présent. Ses témoins sont François de Prugne et François de Besmaux
, ce dernier, gouverneur de la Bastille et compagnon de toujours.
Deux enfants naissent de cette union, en 1660 et 1661, mais, peut-être lasse des trop nombreuses absences de son mari, Charlotte Anne se sépare de lui, renonce à la communauté des biens le 16 avril 1665 et se retire à Sainte-Croix. D'Artagnan continue de servir le roi et meurt pendant la guerre de Hollande, au siège de Maastricht, le 25 juin 1673.


Michel Ollion
Archives nationales

Texte de la notice publiée dans Historia, n° 783, mars 2012, p. 20.