Archives nationales

Simone Veil, archives d'une vie

Exposition à partir du 13 juillet 2018

Le 1er juillet 2018, Simone Veil et son époux Antoine entraient au Panthéon. Les Archives nationales, en partenariat avec le Panthéon-Centre des monuments nationaux,s'associent à l'hommage national en proposant à partir du 13 juillet 2018 l'exposition Simone Veil. Archives d'une vie, conçue à partir de ses archives privées et publiques conservées aux Archives nationales.

L' exposition

Installés sur les grilles extérieures du site de Pierrefitte-sur-Seine, neuf panneaux retracent ce destin exceptionnel à travers les grandes étapes de sa vie privée et publique à travers documents et photos d'archives personnelles et publiques.

  • La fratrie Jacob retrace son enfance de sa naissance le 13 juillet 1927 jusqu'à son départ pour le camp de Drancy en mars 1944.
  • Survivre à Auschwitz évoque la terrible épreuve de l'internement au camp d'Auschwitz -Birkenau jusqu'en 1945 et l'engagement de Simone Veil au travail de mémoire pour en éviter toute répétition.
  • Une deuxième famille, les Veil : dès 1946, année de leur mariage, Simone et Antoine Veil construisent leurs vies conjugale, familiale, professionnelle puis politique sur la base d'un soutien réciproque et fidèle.
  • Madame la ministre : du passage de Simone Veil au ministère de la Santé puis à celui des Affaires sociales, de la santé et de la Ville, la postérité retient principalement la loi qui dépénalise l'IVG mais elle aura également marqué la législation française notamment sur le don d'organes, l'environnement, la lutte contre le tabagisme ou la politique de la ville...
  • Une Européenne convaincue couvre sa présidence du Parlement européen et ses différents mandats au sein de cette instance qu'elle considère comme déterminante pour éviter un autre conflit mondial.
  • Droits de l'homme, droits des femmes aborde son combat pour les droits de l'homme et des femmes. En qualité de magistrate pour le respect des détenus ou au sein de la Fondation Femmes Europe, du Haut Conseil à l'intégration, du Haut Commissariat aux réfugiés, de la Cour pénale internationale ou à la présidence de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, elle se bat pour la dignité humaine.
  • De la France à la scène internationale : cette partie de l'exposition liste les innombrables hommages, décorations, titres décernés à Simone Veil en France comme dans le monde.
  • Une immortelle au temple des grands hommes : en 2010, comme un prélude à son entrée au Panthéon, rejoint les immortels.
  • Simone Veil et le Panthéon : Le 1er juillet 2018, Simone Veil a rejoint au Panthéon Marie Curie, première femme panthéonisée pour elle-même en 1995 sur les recommandations de la ministre d'État des Affaires sociales de l'époque, une certaine Simone Veil.

Les fonds archivistiques

Yvonne Jacob et ses enfants Denise, Jean, Simone et Madeleine à Nice, 1930. Coll. part. © Tous droits réservés.Le contenu historique de l'exposition est majoritairement issu du fonds privé Simone Veil, mais il n'en demeure pas moins que les fonds publics, notamment ceux produits par les services de l'Elysée, du Premier ministre ou du Ministère de la Santé, ont été indispensables à la mise en perspective du parcours d'une femme qui a oeuvré au sein des principales institutions publiques de France. Le Parlement européen et le Mémorial de la Shoah, dépositaires d'archives intéressant son passage à Strasbourg et son combat permanent en faveur de la mémoire de la Shoah viennent compléter ces ressources fort à propos.

Son parcours politique est illustré par les archives issues de son activité de ministre de la Santé entre 1974 et 1979 et entre 1993 et 1995, ou de membre des plus hautes juridictions et instances françaises (Conseil constitutionnel de 1998 à 2007, Haut Conseil à l'intégration). Quant aux aspects plus personnels de sa vie, relatifs à sa famille, à sa déportation ou à ses engagements associatifs, ils sont bien représentés au sein du volumineux fonds privé Simone Veil (688AP) qui offre un éclairage sur toutes les facettes connues ou méconnues de cette femme.

En 2012, un premier don d'archives en provenance des bureaux de Simone Veil, rue de Rome, a été fait aux Archives nationales, ce fonds a Passeport de Simone Veil, présidente du Parlement européen, 1979. 688AP/422/NC. © Arch. nat./été complété en 2013, 2014 et 2015; l'ensemble a fait l'objet d'un long travail de classement et de description. Les 420 articles qui constituent ce fonds mixte, intégrant à la fois des archives privées et des archives publiques, sont consultables, après autorisation des ayants droit, grâce à l'instrument de recherche mis en ligne en juin 2017 et qui permit de saluer le départ de cette grande dame. En avril 2018, s'est ajouté un supplément, regroupant des documents encore inédits (inspection des prisons, Office de radiodiffusion-télévision française, papiers d'identité et de nombreux albums de photographies officielles) ainsi que des compléments naturels de ceux déjà versés : agendas, distinctions et récompenses, dossiers de travail (notamment sur les lois relatives à l'interruption volontaire de grossesse et à l'adoption), correspondance lors des campagnes des élections européennes (1979, 1984 et 1989).

Commissariat de l'exposition
Constance de Vergnette est diplômée de l'École nationale des chartes et de l'Institut national du patrimoine, elle est en charge, aux Archives nationales, des archives privées de la période allant de la Révolution française à la veille de la Première Guerre mondiale. Elle s'occupe également des fonds de femmes, dont celui de Simone Veil.

Autour de l'exposition

De nombreuses actions de médiation sont mises en place autour de l'exposition.
Tous publics (y compris scolaires) / Gratuit sur réservation à evenements.archives-nationales@culture.gouv.fr :

  • Les 27 septembre, 11 et 25 octobre à 15h : visites guidées de l'exposition par Constance de Vergnette, commissaire de l'exposition.
  • Scolaires sur réservation à : service-educatif.an@culture.gouv.fr

Les services éducatifs des Archives nationales et du Panthéon s'associent pour proposer des visites miroir entre les deux sites et un atelier inédit en lien avec les valeurs humanistes et européennes portées par Simone Veil.