Logo des Archives nationales (France)

Climat

Mesurer l'évolution du climat : le partenariat entre Météo-France et les Archives nationales renouvelé pour quatre nouvelles années

Arc-en-ciel, aquarelle, 23 mars 1947 par André Des Gachons Cote : 20130115/115

< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Arc-en-ciel, aquarelle, 23 mars 1947 par André Des Gachons. Cote : 20130115/115

Mesurer le réchauffement climatique ? Comparer la situation météorologique d'un jour aux années antérieures ? C'est possible parce que tout un travail de récupération des données climatiques anciennes est en cours depuis 2012, grâce à un partenariat entre Météo-France et les Archives nationales. Une convention renouvelant ce partenariat pour les quatre prochaines années vient d'être signée en 2021.
Voir le site web de Météo France
 

Les Archives nationales conservent en effet un riche fonds de relevés météorologiques, dont les plus anciennes séries commencent aux années 1850, provenant de différentes institutions.

École Normale de Melun, observation météorologique,état du service au 1er janvier 1897 Vue d'ensemble. Cote : 19820184/35

< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
École Normale de Melun, observation météorologique,état du service au 1er janvier 1897
Vue d'ensemble. Cote : 19820184/35

La principale est Météo-France ou les services qui l'ont précédé, dont les stations professionnelles ont rédigé des comptes rendus quotidiens de 1920 à 1970. La Marine nationale, avec les hôpitaux coloniaux, présents dans les territoires français ultramarins, ou les sémaphores surveillant les côtes françaises, a fourni des longues séries débutant à la fin du XIXe siècle. Les écoles normales d'instituteurs, instaurées dans chaque département, ont procédé également à des relevés quotidiens, durant la période 1865-1939. L'administration des phares a organisé le relevé des observations nocturnes par les gardiens de phares de 1881 à 1940.
Cahier d'observations météorologiques de la station de Dugny le 11 Novembre 1918. Créé en 1916, le service météorologique aux Armées généralise l'utilisation d'un carnet d'observations dans les stations météorologiques militaires. Les carnets constitués dans cinquante et un postes militaires situés en France et en Allemagne, entre 1918 et 1923, sont conservés aux Archives nationales sous la cote 19820283. Le 11 novembre 1918, le poste d'observations météorologiques installé à Dugny consigne, sur deux pages, la température de l'air, la pression atmosphérique, l'humidité de l'air, la nébulosité, la nature des nuages et la visibilité à 1h, 7h, 13h et 18h. Le feuillet de droite représente, sous la forme de graphiques, les éléments observés.

< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Cahier d'observations météorologiques de la station de Dugny le 11 Novembre 1918.
Créé en 1916, le service météorologique aux Armées généralise l'utilisation d'un carnet d'observations dans les stations météorologiques militaires. Les carnets constitués dans cinquante et un postes militaires situés en France et en Allemagne, entre 1918 et 1923, sont conservés aux Archives nationales sous la cote 19820283. Le 11 novembre 1918, le poste d'observations météorologiques installé à Dugny consigne, sur deux pages, la température de l'air, la pression atmosphérique, l'humidité de l'air, la nébulosité, la nature des  nuages et la visibilité à 1h, 7h, 13h et 18h. Le feuillet de droite représente, sous la forme de graphiques, les éléments observés.

Les données concernent principalement le territoire actuel de la France, dont l'outre-mer, mais, par les hôpitaux ou les navires militaires, ou les postes dans d'anciennes colonies, elles peuvent concerner des lieux situés dans le monde entier.
La première étape consiste à repérer des « séries longues » de relevés sur un même lieu. Elles font alors l'objet d'un traitement archivistique : conservation, classement, récolement pièce à pièce, numérisation. Puis interviennent les climatologues qui analysent les relevés pour récupérer les informations sur les conditions de mesure, juger de leur qualité et les qualifier, afin de garantir leur fiabilité et permettre leur comparaison dans la durée. Puis les données sont saisies, contrôlées et intégrées dans la base nationale de données climatologiques BD-Clim de Météo-France. Fin 2019, 833 500  comptes rendus ont été traités.

Un cyclone frappe la Martinique le 18 août 1891.

< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Un cyclone frappe la Martinique le 18 août 1891.
Dernière page du formulaire climatologique de l'hôpital de Fort-de-France (Martinique), par le pharmacien Lacroux, 18 août 1891.

 

 


Météo-France, «Coupole céleste du 25 juillet 1947», aquarelle sur papier par André Des Gachons effectuée à l'observatoire de la Chaussée-sur-Marne (Marne). Cote 20130115/115.

 

< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Météo-France, «Coupole céleste du 25 juillet 1947», aquarelle sur papier par André Des Gachons effectuée à l'observatoire de la Chaussée-sur-Marne (Marne). Cote 20130115/115.

 

Légende de l'image-bandeau - École Normale de Melun, observations météorologiques faite par les élèves – maitres, table de relevés, janvier 1872. Précision de la vue : page 1. Cote : 19820184/35. Détail.