Logo des Archives nationales (France)

Au Salon des arts ménagers (1923-1983)

Plateau volant, motolaveur, purée minute...

Exposition du samedi 5 février au samedi 16 juillet 2022
Archives nationales - site de Pierrefitte-sur-Seine

Affiche extrait © Jacques Nathan-Garamond - Février 1934
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Affiche extrait © Jacques Nathan-Garamond - Février 1934

« Des pelles à gâteau, des draps qui chauffent, un atomixer… etc. » : ainsi que l'évoquait avec humour et dérision la chanson La complainte du progrès de Boris Vian, les Arts ménagers ont envahis et transformés la vie quotidienne occidentale au XXe siècle.

 

Le Salon au Grand Palais à Paris en 1930
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Le Salon au Grand Palais à Paris en 1930

Le succès immense du Salon des Arts ménagers (SAM), tout comme la modernité dernier cri qu'il incarnait, sont aujourd'hui tombés aux oubliettes. Pourtant, pendant soixante ans, des milliers de curieux l'ont fréquenté : industriels et politiques, femmes et hommes de tout âge, venus en pèlerinage annuel à Paris depuis toutes les régions de France. La société entière s'y rend pour voir ou pour y présenter des nouveautés, mais aussi pour revendiquer, telle la suffragette et féministe Louise Weiss en 1936, qui, sous forme de performance, y fait ironiquement la cuisine pour que soit accordé le droit de vote aux femmes.

Démonstrateurs sur un stand de casseroles, 1949, tirage argentique. Anonyme.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Démonstrateurs sur un stand de casseroles, 1949, tirage argentique. Anonyme.

Événement hautement populaire, le Salon est aussi un grand moment médiatique. En 1947, la première photographie jamais publiée dans le quotidien Le Monde est d'ailleurs une image du fameux Salon ! Dès son origine, en 1923, les innovations du Salon sont systématiquement photographiées dans un but documentaire, mais aussi publicitaire : on retrouve la machine à laver dernier cri, le ramasse-miette, le matelas chauffant et la « maison tout en plastique ». Mises en scène dans les allées des Salons, ces nouvelles stars de la vie quotidienne sont les acteurs muets d'un grand spectacle en construction : celui de la société de consommation et du rêve d'un idéal domestique.

des Techniques (CNIT), La Défense à Paris, 1970. Photo : Agence ABC.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Vue depuis le parking du Salon des Arts ménagers, Centre national des Industries et des Techniques (CNIT), La Défense à Paris, 1970. Photo : Agence ABC.

C'est ce que nous racontent les dizaines de milliers de photographies produites pour le Salon des Arts ménagers, dont celles de photographes renommés comme François Kollar. Elles témoignent de la splendeur comme de la décadence du rêve ménager. Appareils, ustensiles et intérieurs, publicité, enseignes et logos se transforment au fil des années et font du Salon un lieu de fantasme et d'utopie, la modernité esthétique faisant écho à la modernité domestique. À la croisée des sciences et de l'industrie, l'histoire des Salons des Arts ménagers est aussi résolument traversée par celle du design. Mais au-delà de l'événement commercial et du simple équipement, c'est bien une forme de révolution sociale des pratiques du quotidien que le Salon instaure.

Informations pratiques
Archives nationales - Site de Pierrefitte-sur-Seine
59 rue Guynemer, 93380 Pierrefitte-sur-Seine
Accès libre et gratuit du lundi au samedi, de 9h00 à 16h15

Métro : Saint-Denis Université (Ligne 13)
Parking Q-Park Saint-Denis Université rue Toussaint Louverture