Logo des Archives nationales (France)

Stratégie 2021-2025

La Stratégie 2021-2025, organisée en quatre axes et vingt-sept objectifs, est le fruit d'un travail collectif interne et d'échanges avec les partenaires institutionnels et scientifiques des Archives nationales et avec le comité des usagers.
Lire la « Stratégie 2021-2025 » des Archives nationales {Pdf-2,38Mo}
Elle décline, à travers les missions réglementaires, les démarches structurantes que sont la transition numérique de l'administration de l'État et les politiques d'amélioration du service rendu aux usagers. Elle intègre aussi les traits spécifiques que l'institution tire de son histoire, de son positionnement, de ses expertises et réalisations. Elle oriente, pour les cinq années à venir, l'action des Archives nationales vers un horizon partagé.
Elle succède aux deux Programme scientifiques culturels et éducatifs [PSCE] qui ont accompagné l'ouverture du site de Pierrefitte-sur-Seine et la refondation de l'institution.
Ce nouveau document programmatique est construit en cohérence avec le Cadre stratégique commun (interministériel) de modernisation des archives 2020-2024


2017-2020, le deuxième Projet scientifique culturel et éducatif des Archives nationales
Trois ans après l'ouverture de Pierrefitte-sur-Seine, qui s'est accompagné d'une profonde modernisation, les Archives nationales poursuivent la déclinaison de leurs missions réglementaires dans un deuxième programme d'action quadriennal : le Projet scientifique culturel et éducatif (PSCE).

Coup d'œil sur le PSCE : Les lignes directrices 2017-2020 {Pdf-176Ko}
L'intégralité des axes stratégiques et de la programmation scientifique : Le PSCE 2017-2020 {Pdf-1,41Mo}

L'enjeu durant ces quatre prochaines années sera de donner une nouvelle impulsion aux Archives nationales qui, au terme de ce délai, seront localisées sur les deux sites de Paris et de Pierrefitte, suite à la décision prise par la ministre de la Culture le 28 juin 2016, de fermer au terme de ce délai, le site de Fontainebleau.

Le PSCE vise ainsi à conforter les Archives nationales à la fois dans leur rôle d'institution de recherche scientifique fondé sur son patrimoine archivistique et dans son rôle d'institution de médiation culturelle qui permet l'apprentissage de la citoyenneté, notamment aux publics les plus jeunes ou les plus fragiles.
Ce nouveau programme est également établi pour ancrer définitivement les Archives nationales dans le numérique et les humanités numériques, autour du projet interministériel d'archivage électronique ADAMANT. Le numérique doit permettre notamment de repenser les usages avec les publics, dans une démarche participative.
L'objectif est d'améliorer la pertinence des différents outils et médias, qu'ils soient utilisés pour la salle des inventaires virtuelle, les activités pédagogiques ou les expositions, en suggérant avec plus de pertinence et de facilité, à chaque lecteur dans nos salles, chaque internaute, chaque élève, chaque contributeur et ré-utilisateur, les meilleurs parcours de connaissance à partir du trésor que constitue le patrimoine papier et numérique des Archives nationales. Le PSCE, enfin, est établi avec et pour les partenaires des Archives nationales : universités et centres de recherche, généalogistes et, plus largement, les différents usagers des Archives nationales.


2013-2016 Le premier Projet scientifique culturel et éducatif des Archives nationales
Le premier PSCE (2013-2016) a été l'un des piliers de la modernisation des Archives nationales, comme l'ont été l'ouverture du nouveau bâtiment de Pierrefitte-sur-Seine et le démarrage des grands chantiers informatiques (Système d'information archivistique et salle des inventaires virtuelles). Il visait alors à mettre au centre des missions de l'institution le développement de l'offre aux publics, notamment avec des services numériques (salle des inventaires virtuelle, réseaux sociaux) mais également les publics nouveaux du territoire sur lequel s'implantait l'institution (publics de Plaine-Commune labellisé territoire Culture et Création et plus largement de la Seine-Saint-Denis et ses environs). Il mettait aussi l'accent sur le projet phare de l'archivage électronique.

À l'heure du bilan, ce PSCE se présente tout d'abord comme une vaste démarche d'organisation des activités internes et par la généralisation du mode projet. Parallèlement, et vis-à-vis de l'extérieur, en mettant en relation le potentiel de nos fonds avec les champs actuels de la recherche en sciences humaines et sociales, le PSCE a constitué un outil de communication scientifique efficace qui a élargi et structuré nos partenariats avec le monde académique et fait naître des actions innovantes.

Téléchargez les documents