Logo des Archives nationales (France)

Hommage des Archives nationales au Président  Valéry Giscard d'Estaing

2 février 1926 - 2 décembre 2020

Portrait de Valéry Giscard d'Estaing - Conférence de presse en 1978

À l'occasion de la journée de deuil national décrétée par le président de la République, les Archives nationales rendent hommage à Valéry Giscard d'Estaing, disparu le 2 décembre 2020 à l'âge de quatre-vingt-quatorze ans. L'Histoire retiendra son nom comme celui du troisième président de la Cinquième République et d'un des acteurs majeurs de la construction européenne.
Ses archives personnelles et celles de sa mandature présidentielle témoignent, pour la postérité, de son action en tant qu'homme d'État comme des valeurs qui ont inspiré sa politique et ses engagements.
 


Le septennat en images (mai 1974 - mai 1981)

  • Déplacement présidentiel en Auvergne, le 24 octobre 1978

Déplacement présidentiel en Auvergne le 24 octobre 1978.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Né à Coblence au hasard de l'affectation d'un père haut-fonctionnaire en Rhénanie alors occupée par les troupes françaises, Valéry Giscard d'Estaing n'en est pas moins auvergnat d'origine, de cœur et… d'élection. Il est député du Puy-de-Dôme à maintes reprises entre 1959 et 2004, maire de Chamalières de 1967 à 1974 et président du conseil régional d'Auvergne de 1986 à 2004. Président de la République, adepte comme ses prédécesseurs des déplacements à travers la France, il se rend plusieurs fois en visite officielle dans sa région d'origine ; son cabinet comprend aussi une « cellule Auvergne » animée par un haut fonctionnaire, Robert Roques. AG/5(3)/3510, reportage 3917

  • Le peintre Roger Chapelain-Midy (1904-1992) présente à Valéry Giscard d'Estaing, le 5 juillet 1980, son portrait de Charles de Gaulle destiné au palais de l'Élysée

Le peintre Roger Chapelain-Midy (1904-1992) présente à Valéry Giscard d'Estaing, le 5 juillet 1980, son portrait de Charles de Gaulle destiné au palais de l'Élysée.

< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Entamant très tôt son ascension politique, Valéry Giscard d'Estaing devient, à trente-deux ans à peine, l'un des ministres du général de Gaulle. D'abord secrétaire d'État aux Finances, de janvier 1959 à janvier 1962, auprès d'Antoine Pinay puis de Wilfrid Baumgartner, il leur succède comme ministre des Finances et des Affaires économiques de janvier 1962 à janvier 1966. Il est à nouveau ministre de l'Économie et des Finances tout au long de la mandature présidentielle de Georges Pompidou. Appartenant à la majorité présidentielle sans être gaulliste pour autant, il est le chef de file des Républicains indépendants, mouvement du centre-droit de sensibilité libérale et démocrate-chrétienne. AG/5(3)/3523, reportage 4473

  • Revue navale en Méditerranée du porte-avion Clemenceau, le 11 juillet 1976

Revue navale en Méditerranée du porte-avion Clemenceau le 11 juillet 1976.

< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Chef des armées selon la Constitution de la Cinquième République, le président de la République est accompagné ici de Jacques Chirac, son Premier ministre du 27 mai 1974 au 25 août 1976. Après avoir soutenu la candidature de Giscard d'Estaing aux élections présidentielles contre le candidat gaulliste Jacques Chaban-Delmas, Jacques Chirac a été appelé à diriger le gouvernement chargé de mettre en œuvre les réformes voulues par le président. AG/5(3)/3498, reportage 3297

  • Vœux des corps constitués, le 1er janvier 1975

Vœux des corps constitués le 1er janvier 1975.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Dès son élection, Valéry Giscard d'Estaing affiche sa volonté de rajeunir l'image de la République et de sa présidence en particulier. On se souvient de sa photographie officielle en rupture avec celles de ses prédécesseurs, ou de sa demande que la Marseillaise soit désormais jouée mois fort et sur un rythme plus lent. Les figures imposées du protocole élyséen sont globalement conservées, mais suivent un cérémonial modernisé et simplifié. AG/5(3)/3491, reportage 2945

  • Bain de foule lors de la garden-party du palais de l'Élysée, le 14 juillet 1979

Bain de foule lors de la garden-party du palais de l'Élysée le 14 juillet 1979
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Dans ce même esprit d'ouverture et de modernisation de l'institution présidentielle, en 1978, le Président Giscard d'Estaing décide d'ouvrir au public et à la société civile la garden-party de l'Élysée, événement jusque-là traditionnellement réservé aux seuls ministres et hauts gradés de l'armée. Pour se rapprocher du peuple et « regarder la France au fond des yeux », il invite des éboueurs à partager son petit-déjeuner et dîne à plusieurs reprises dans des foyers français modestes. AG/5(3)/3515, reportage 4118

  • Arbre de Noël du palais de l'Élysée, le 17 décembre 1975

Arbre de Noël du palais de l'Élysée le 17 décembre 1975.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Cultivant une image moderne, Valéry Giscard d'Estaing se laisse photographier en compagnie de la vedette invitée, en l'occurrence le chanteur Claude François, très populaire auprès de la jeunesse. Vu par certains historiens comme le véritable héritier de l'esprit de mai 1968, Giscard d'Estaing abaisse l'âge de la majorité légale de vingt-et-un à dix-huit ans. AG/5(3)/3495, reportage 3178

  • Dépêche AFP du 25 novembre 1974

Dépêche AFP du 25 novembre 1974 au sujet d'un entretien entre le président de la République et Simone Veil, ministre de la Santé de mai 1974 à juillet 1979.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Dépêche AFP du 25 novembre 1974 au sujet d'un entretien entre le président de la République et Simone Veil, ministre de la Santé de mai 1974 à juillet 1979. AG/5(3)/2161

 

 

  • Valéry Giscard d'Estaing avec Simone Veil lors de la conférence de presse du 3 septembre 1977

Valéry Giscard d'Estaing avec Simone Veil lors de la conférence de presse du 3 septembre 1977.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Deuxième femme à devenir ministre de plein exercice en France, Simone Veil est chargée par le président de la République de faire adopter la loi dépénalisant le recours à l'interruption volontaire de grossesse. La « loi Veil » est emblématique des réformes libérales du début du septennat, visant à adapter la législation à l'évolution des mœurs et de la société. AG/5(3)/3501, reportage 3458

  • Avec son épouse Anne-Aymone Giscard d'Estaing, lors d'un voyage officiel en Guinée, le 20 décembre 1978

Avec son épouse Anne-Aymone Giscard d'Estaing, lors d'un voyage officiel en Guinée le 20 décembre 1978.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
L'épouse du président joue auprès de lui un rôle de représentation inédit en France, sur le modèle des first ladies américaines et singulièrement de Jackie Kennedy. AG/5(3)/3511, reportage 3975

 

 

  • Inauguration du Centre Georges-Pompidou à Beaubourg, le 31 janvier 1977

Inauguration du Centre Georges-Pompidou à Beaubourg le 31 janvier 1977.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Le Centre national d'art et de culture Georges Pompidou est inauguré par le Président de la République en présence de nombreuses personnalités, venues du monde entier. Au premier rang de ces personnalités figure Claude Pompidou, veuve de l'initiateur du projet ; c'est à elle que Valéry Giscard d'Estaing adresse la première phrase de son discours, avant de rendre hommage à son mari. AG/5(3)/3500, reportage 3425

  • Inauguration du RER par Valéry Giscard d'Estaing, le 8 décembre 1977

Inauguration du RER par Valéry Giscard d'Estaing le 8 décembre 1977.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Au terme d'une quinzaine d'années d'investissements et de travaux massifs, le « réseau express régional » est inauguré par le chef de l'État le 8 décembre 1977. Fort de 92 kilomètres de voies ferrées, il relie la capitale à sa région. La jonction entre ses deux lignes, baptisées A et B, est opérée grâce à l'ouverture de la station de correspondance Châtelet-les Halles. AG/5(3)/3506, reportage 3709

  • Inauguration du 33e Salon international de l'aéronautique et de l'espace au Bourget (Seine-Saint-Denis), le 9 juin 1979, en présence de l'industriel Serge Dassault, du ministre de la Défense Yvon Bourges et du ministre de l'Industrie André Giraud.

Inauguration du 33e Salon international de l'aéronautique et de l'espace au Bourget (Seine-Saint-Denis), le 9 juin 1979, en présence de l'industriel Serge Dassault, du ministre de la Défense Yvon Bourges et du ministre de l'Industrie André Giraud.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Outre les Mirage 2000 et Mirage 4000, derniers modèles d'avions de chasse développés par le groupe Dassault Aviation, est présentée au salon la fusée Ariane 1, issue du programme Ariane initié en 1973 par l'Agence spatiale européenne. Son vol inaugural intervient quelques mois plus tard, le 24 décembre 1979, depuis la base de Kourou en Guyane. AG/5(3)/3514, reportage 4083

  • Valéry Giscard d'Estaing et son Premier ministre, Raymond Barre, le 13 avril 1981

Valéry Giscard d'Estaing et son Premier ministre, Raymond Barre, le 13 avril 1981.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Peu après la nomination de Raymond Barre comme Premier ministre en remplacement de Jacques Chirac démissionnaire, le temps des réformes de société s'achève et le gouvernement adopte un virage conservateur. Chargé par le Président de la République de rétablir les grands équilibres économiques, le nouveau chef de gouvernement mène une politique d'austérité, tentant de limiter les effets pour les Français de la crise dans laquelle le pays s'installe durablement au lendemain des chocs pétroliers de 1973 et 1979. AG/5(3)/3525, reportage 4628

  • Détail du brouillon manuscrit du discours d'adieu télévisé de Valéry Giscard d'Estaing, le 19 mai 1981
     

Feuillets du brouillon manuscrit du discours d'adieu télévisé de Valéry Giscard d'Estaing le 19 mai 1981

< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Écrit dans les jours qui ont suivi la défaite de Valéry Giscard d'Estaing face à François Mitterrand au second tour des élections présidentielles de 1981, ce discours a été beaucoup travaillé par le président sortant, qui parvient progressivement à gommer les traces de sa tristesse et de sa déception. Les Archives nationales n'en conservent pas moins de huit versions successives, six manuscrites et deux dactylographiées et annotées à la main. La mémoire collective a surtout retenu le fameux « au revoir » qui le conclut. AG/5(3)/351
Le discours manuscrit et transcrit
{Pdf-800Ko}

  • Valéry Giscard d'Estaing en compagnie de Helmut Schmidt lors du Conseil européen de Brême (RFA), le 7 juillet 1978

Valéry Giscard d'Estaing en compagnie de Helmut Schmidt lors du Conseil européen de Brême (RFA) le 7 juillet 1978.
< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Le duo formé par le Président de la République française et le Chancelier fédéral ouest-allemand incarne alors le couple franco-allemand, moteur de la construction européenne. Les deux hommes d'Etat sont personnellement à l'origine de la création du Conseil européen en décembre 1974 ; leur coopération donne également naissance au Système monétaire européen en 1978, première étape sur le chemin de l'union monétaire. L'attachement de Valéry Giscard d'Estaing à la construction européenne est une constante de son engagement politique. Député au Parlement européen de 1989 à 1993, l'ancien président de la République française est nommé en 2001 à la tête de la Convention sur l'avenir de l'Europe, qui a pour but de simplifier les différents traités européens en rédigeant un projet de traité constitutionnel. Le projet de Constitution présenté le 15 juillet 2003 est signé par les 25 membres de l'Union européenne en octobre 2004 ; quoique rejeté par référendum en mai 2005 en France puis aux Pays-Bas, il est à l'origine des dispositions du traité de Lisbonne adopté en 2007. AG/5(3)/3509, reportage 3854


Valéry Giscard d'Estaing et les archives

Valéry Giscard d'Estaing arrivant au Ministère de la culture

< Valéry Giscard d'Estaing arrivant au Ministère de la culture et de la communication pour la remise de l'inventaire imprimé de ses archives.

< Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Désireux, au cours de sa mandature présidentielle, d'améliorer les relations entre l'administration et les citoyens, et par ailleurs passionné d'histoire, Valéry Giscard d'Estaing se préoccupe beaucoup des archives. C'est en partie à son initiative qu'est adoptée la loi sur les archives du 3 janvier 1979, qui succède aux lois, fondatrices mais obsolètes, des 7 Messidor an II (25 juin 1794) et 5 Brumaire an V (26 octobre 1796), qui font encore autorité en la matière, conjointement avec une série éparse de textes réglementaires des XIXe et XXe siècles. La loi sur les archives vient réunir leurs dispositions, modernisées, en un corpus cohérent et solide, organisant la collecte, la conservation et la communication des archives publiques et protégeant les archives privées. Les principes fondamentaux de la loi de 1979 restent aujourd'hui en grande partie en vigueur, malgré l'adoption d'une nouvelle loi en 2008.

Signature du protocole de remise des archives de la présidence de la République aux Archives nationales, le 25 octobre 1979

Signature du protocole de remise des archives de la présidence de la République le 25 octobre 1979.

Le Président de la République est entouré de son ministre de la Culture et de la Communication Jean-Philippe Lecat et de la responsable de la mission des Archives nationales auprès de la présidence de la République, Perrine Ramin-Canavaggio. AG/5(3)/3516, reportage 4163

< Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Valéry Giscard d'Estaing est aussi à l'origine de la création du service des archives de la présidence de la République, dès son arrivée au pouvoir en 1974 ; Perrine Ramin-Canavaggio devient le premier chef de ce service, sous l'autorité de Philippe Sauzay, chef du cabinet du président. Le 25 octobre 1979, Valéry Giscard d'Estaing signe l'un des tout premiers protocoles de remise d'archives aux Archives nationales, prévoyant qu'y soient versées les archives de sa mandature. Ce dispositif du « protocole de remise d'archives » des autorités politiques, exorbitant du droit commun jusqu'à son inscription dans la loi de 2008, a permis, au cours des quarante dernières années, la collecte des fonds d'archives des chefs de l'État, chefs du gouvernement et cabinets ministériels.

Valéry Giscard d'Estaing avec la Ministre de la culture Christine Albanel

< Valéry Giscard d'Estaing et Christine Albanel, Ministre de la culture et de la communication, rue de Valois.

Présentation de la remise de l'inventaire imprimé des archives de Valéry Giscard d'Estaing

En présence de l'ancien Président de la République, de la Ministre de la culture et de la communication, Christine Albanel, de Jean-Philippe Lecat et de Perrine Ramin-Canavaggio, au ministère de la Culture et de la Communication, le 29 novembre 2007.

Le répertoire numérique des archives présidentielles de Valéry Giscard d'Estaing est publié en 2007 sous la forme d'un livre coédité par les Archives nationales et les éditions Somogy. Le 29 novembre 2007 est organisée par le ministère de la Culture une présentation officielle de cet ouvrage, en présence du président Giscard d'Estaing en personne, de la Ministre de la culture et de la communication en exercice Christine Albanel, de son prédécesseur Jean-Philippe Lecat (en fonctions d'avril 1978 à mars 1981) et de Perrine Ramin-Canavaggio, ancienne archiviste du palais de l'Élysée.
Les Archives nationales ont établi des relations de travail fructueuses avec la Fondation Valéry Giscard d'Estaing, créée en 2011 dans l'objectif de « faire connaître la période de l'histoire politique, économique et sociale de la France et de l'Europe durant laquelle Valéry Giscard d'Estaing a joué un rôle déterminant et plus particulièrement la période de son septennat ». Elles ont notamment fourni de nombreuses copies de documents pour l'exposition permanente sur « Valéry Giscard d'Estaing, un homme au service de la France et de l'Europe », présentée au château d'Estaing (Aveyron).


Enfin, dans le cadre d'un partenariat entre les Archives nationales et la chaîne de télévision Public Sénat, est tourné en 2019 par Pierre Bonte-Joseph un film documentaire consacré au tournant qu'a représenté l'accession de Valéry Giscard d'Estaing au pouvoir et les réformes ambitieuses qu'il a menées.

  • Extraits du film "1974, l'alternance Giscard"

Réalisé par Pierre Bonte-Joseph. 2019. Un film de Public Sénat en partenariat avec les Archives nationales
Voir l'extrait
Voir l'extrait